PLU Saint-Georges de Didonne

Douze ans après l’adoption d’un premier PLU à Saint-Georges de Didonne, une nouvelle version est applicable depuis le 31 mai.

Elle intègre les exigences des réglementations nationales (loi SRU, loi littoral, loi ALUR, …) et locales (Schéma de cohérence territoriale, Plan Local de l’Habitat, Document d’Aménagement Commercial, Plan de Déplacement Urbain,…).

Quelles sont les nouveautés de ce PLU 2018 ?

La commune comprend désormais 13 secteurs et 18 sous-secteurs bénéficiant chacun d’une réglementation appropriée spécifique.
Il préserve plus que jamais le littoral et nos espaces naturels.
Environ cinquante hectares de terres agro naturelles sont protégées.
Afin de densifier l’habitat de manière raisonnée, le PLU table sur une augmentation potentielle de la population à hauteur de 6000 habitants dans les 10 ans à venir. Nous sommes actuellement 5400 résidents à l’année dans notre commune.
Le PLU priorise le développement de l’urbanisation dans quatre zones : Margite et les Moulins (au nord-est), Les Rousselles (à l’est) et Les Caillauds (à l’ouest – pointe de Vallières).
Les secteurs de Margite et des Moulins ainsi que d’autres sous-secteurs ont fait l’objet d’une réflexion approfondie portant sur l’organisation du bâti, le traitement qualitatif des espaces publics, les aménagements paysagers et les liaisons douces. 
Un effort particulier de production de logements sociaux est attendu dans ces secteurs pour répondre aux exigences de l’État (article 55 de la loi SRU). Ainsi, les opérations de construction d’immeubles collectifs de plus de douze logements ou de plus de 800 mètres carrés de surface de plancher devront comporter au moins 30 % de logements locatifs sociaux.
Le PLU limite l’urbanisation sur les terres agricoles des espaces proches du rivage et dans  les secteurs extra rocade (hameau de Boube et Zone d’Activités Economiques des Porte de l’estuaire).
Le PLU limite l’urbanisation sur les terres agricoles dans les secteurs extra rocade (hameau de Boube et Zone d’Activités Economiques des Portes de l’Estuaire).
La hauteur maximale des constructions est réduite de 10 à 6 m sur Vallière. 
Sur Didonne des mesures similaires ont été prises pour préserver les spécificités de ce quartier ancien.
Afin de préserver le cadre de vie et la tranquillité des Saint-Georgeais, de nouvelles dispositions interdisent de construire en fond de parcelle et en limite séparative des propriétés. Une bande de constructibilité secondaire fixe l’abaissement de la hauteur des constructions au-delà d’une distance de 20 mètres calculée à partir de la voie de référence.
Partout ailleurs les règles antérieures ont été maintenues
Pas moins de dix années se sont écoulées depuis le lancement de la révision du PLU 2006. Après une série de péripéties et de difficultés innombrables, la ville est enfin dotée d’un document d’urbanisme qui va permettre à Saint-Georges de Didonne de renforcer son attractivité par une offre de logements, de services et d’activités économiques appropriées.
Vous pouvez consulter l’intégralité de votre PLU sur le site de la ville : www.saintgeorgesdedidonne.fr

Discussion - Un commentaire
  1. Eric Bouquet

    14 Juil 2018 

    Loin de révolutionner la géographie de notre territoire, ce PLU a été conçu pour répondre aux problématiques spécifiques de notre commune ( vieillissement de la population, etc…,) tout en assurant la compatibilité avec les réglementations ( loi ALUR, loi littoral, loi SRU) et les perspectives en matière de développement démographique et économique de Saint-Georges-de-Didonne. Ce PLU s’attache principalement à offrir de nouvelles opportunités de logements aux Saint-Georgeais mais aussi aux familles souhaitant venir habiter Saint-Georges ainsi que de nouvelles activités et de nouveaux emplois pour eux, sur le secteur de Margite.
    Mais le maître mot de ce PLU reste la qualité de vie des quartiers, avec un environnement préservé : le style architectural et la diversité, source de richesse, de chaque quartier, a été pris en compte au niveau de la définition du zonage et du règlement d’urbanisme.
    Ainsi, nous avons souhaité que ce PLU réponde aux besoins des administré.e.s et nous faisons appels à vos bonnes idées pour concrétiser nos actions motivantes dans tous nos projets.

    Eric BOUQUET
    Adjoint à l’Urbanisme, à l’Habitat, à l’Environnement et aux Plages.

    Répondre

Laisser un commentaire