HISTOIRE

Au départ, Saint-Georges-de-Didonne n’était qu’une commune composée de deux villages. Le premier se nommait Saint-Georges et le second Didonne. C’était il y a 200 ans environs. Chaque village avait leur activité. Si le village de Didonne se tournait vers l’agriculture, Saint-Georges se dédiait à la pêche ainsi qu’à la circulation maritime dans l’estuaire de la Gironde. Ces activités obligeront alors certains pilotes à se déplacer vers le port de Saint-Georges. Il y eut des disparitions, des disparitions qui auront été les principaux sujets de discussions du Village…

Au cours du dernier siècle, le tourisme a pris de l’ampleur et les 500 habitants de la commune au départ atteint le nombre de 40 000 en été.

Un lieu inspirant…

Une grande variété de couleurs concentrée dans un paysage. Le paysage de la Gironde. En effet, la lumière qui illumine le lieu apaise et fait rêver. Idéal pour trouver l’inspiration, l’embouchure de la Gironde est un attrait pour les artistes.

L’héritage du village de Saint-Georges

Les villas bordées de roses ornent les ruelles. D’anciens castels datant du XIXè ou du XXè siècle se mélange dans ce paysage Saint-Georgien.

La petite ville a également gardé des monuments ayant appartenu au village que fût jadis Saint-Georges. Parmi eux, vous pourrez y trouver l’église construite au XIIè siècle. Le phare de Vallières est un autre monument de l’ancien village. Il a été édifié à cette place pour guider les marins lors de leur retour. Par ailleurs, le phare offre une splendide vue sur l’estuaire de la Gironde.

Situé dans une crique naturelle, le port était autrefois un port de pilotage de bateaux. Actuellement, il est devenu un lieu où les personnes amateurs de pêche vont.

Les vestiges de la seconde guerre mondiale sont elles aussi scellées dans les monuments de Saint-Georges comme le fort de Suzac et les Blockhaus qui y sont encore présents.

Un temple ayant la forme de pomme de pin fût construit en 1951. Il s’agit du temple protestant qui témoigne du modernisme de l’après-guerre.